Il paraît (les poètes, ce n’est pas sérieux)

Il paraît que les transports sont en grève

J’aimerais tant m’y promener,

moi, sur la grève

nonchalamment, mon écharpe de mousseline

glissant entre mes doigts

comme une caresse.

Il paraît qu’ils sont en colère

Qu’ils réclament une hausse de salaire.

Moi, c’est du col que je me hausse

quand je n’ai rien de mieux à faire

mais ça ne marche pas assez.

Il paraît que les temps sont durs

et que le moral est mou

que la vérité sort du puits

et de la bouche des enfants

mais à y bien regarder

je préfère qu’ils se taisent

et continuent de voguer

dans leur monde si particulier

sans rien nous confier du tout !

Il paraît que je ne suis pas sérieuse,

mais trouvez donc  plus sage que moi

Qui vis le nez dans mes livres,

et le cœur accroché à un cerf-volant.

Il paraît que les vieux satrapes

sont payés pour tuer le temps

mais le temps, messieurs, dames,

file à l’anglaise plus vite qu’eux

et quand j’aurais lâché

le fil de mes calembredaines

je lui emboiterais le pas

au mieux…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s