Automnal…

1923

J’ai pris le temps à peine

 De regarder ta robe

Et ta couleur sereine

Dans le grand vent du Nord

Au loin s’étend la plaine

Où j’irais dès demain

Écouter la voix saine

De l’automne qui vient

J’ai pris le temps à peine

De m’assoir à tes pieds

Sur la  terre noire et ocre

Où tu avais poussé

Demain tu seras seule

Et ta robe jetée

Aux quatre coins du monde

Sera vite oubliée…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Automnal…

  1. Très jolie poème! Bonne soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Il ne restera plus qu’un cœur mis à nu sur cette fleur habillée de rien, à présent devenue si lointaine. Elle aura vécu le temps que vivent les fleurs !

    J’apprécie fortement cette écriture portée par l’illumination des images.

    Aimé par 1 personne

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Ecrit-libriste et bienvenue sur ces pages. Merci pour ce joli épilogue, également ; l’image et les mots forment une jolie union libre que j’affectionne énormément.
      Au plaisir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s