Postural

épéeLà, tout de suite, maintenant, dis-moi vite, qui tu es, ce que tu crois

Quelle couleur d’écharpe tu accroches à ton cou

Crie-moi vite à quels saints tu te voues

A quel camp tu te rallies, avoue !

Jure-moi, je t’en prie, que tu n’es pas de l’outre mur

L’outre limite, l’outre posture

Que tu adhères, que tu t’agglutines

Que tu te conglomères à ce que je crois, moi …

A ce qui est droit ?

Promets-moi que tu n’es pas dans l’entre-deux

Là où le noir se disjoint du blanc

Faire du gris, mais pourquoi faire ?

Tu dois être plein, sain, clair, transparent

Tiens, oui, transparent, je veux savoir

Je veux tout voir, ne trouver aucune trace suspecte

Pas d’odeur ni de relent

Pas de tiédeur, pas d’ailleurs

Il faut être sûr, il faut être dur

Il faut trancher !

Tranchons donc et que par le fil acéré

De la langue qui juge, condamne, étrille

Assassine et pourfend son non-semblable

Le monde devienne propre et …vide !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s