Peut-être

2100Si la poésie était simple

Pas de mots affûtés à la pointe d’un lourd stylo

Pas de figure alambiquée

Par l’alchimie de vieux truqueurs

Peut-être qu’on en lirait

Bien davantage qu’aujourd’hui

Comme dans les villages oubliés

Où la parole d’un griot se puise d’abord à la vie

Peut-être que partant sincère

De la juste intention de donner

Donner de soi, tout crûment

Tout brutal

Donner de ses maladresses

De sa première vérité

Sans chercher la pause, le tricotage

Et les belles images léchées

Peut-être que ça ferait flèche

Et que partant, iraient tracer

Leur belle ligne fulgurante

Certains beaux vers moins apprêtés…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s