Bulle d’air

Respire-moi

Dans mes cheveux le temps sème au gré du vent

Quelques mèches peu sages

Un peu d’argent menu tissé de fils ténus

La douceur de certains voyages

Respire-moi

J’attrape la tiédeur des instants inutiles

Les yeux couchés de rêve sur la ligne du jour

Où il ne passe rien qu’un marcheur solitaire

Dont le pas joue sans fin un staccato disert

Respire-moi

Derrière ma fenêtre un chat noir malicieux

S’étire comme une trêve et me dédaigne un peu

J’ai raccroché mes gants de lutteuse propice

Et je souris aux anges toujours silencieux

Respire-moi

J’ai la gaieté sans fin de ceux-là qui n’attendent

Qu’une danse impromptue sur un parquet brillant

Et quelques mots joyeux, quelques rimes véloces

Pour se moquer du monde pendant qu’il en est temps…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s