Croquemitaines

Que le croquemitaine m’abouche avec le grand Lucifer

Que les fées des arbres m’attouchent de leurs baguettes d’or vert

Je peine à trouver de l’air, je respire à petits poumons

Que d’ennui, que de suspensions, que d’atermoiements

Que d’enfermement !

Alors je me prends à dériver encore

De page en note, de dégustation en orgie

Débauche de pensées tordues, jeu de dupes, jeu de cons

Jeux de hasardeuses virées

Entre ciel et terre, mais oui je dérape

Et que cela est bon !

Que le grand cric me croque vite à petites dents pointues

Que la raison m’abandonne à tous mes vices sans retenue

Pas d’envies, fièvre féroce, mais oui je file un mauvais coton

Une trame sidérale, une peau sans chagrin,

Une humeur de chien… !

 

 

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s