Doux

Le soleil danse sur la pointe d’un pied

entre la rue et le trottoir

là où mon œil s’est égaré

sur la trace de ton départ.

J’avais écrit juste une page

Comme une enfant à peine sage

le silence me va bien tu sais

quand ta présence seule me parle.

Le ciel se câline à mes mains

posées à plat sur mon chagrin

mais j’attendrais que tu reviennes

comme un doux vent sur une plaine.

Et la musique en te rêvant

Saura bercer l’enchantement

Des heures qui ourlent mes paupières

De la soie douce des rivières…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Doux

  1. Il faut le lire doucement, chaque vers est un théorème d’amour et de vie… J’adore!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Merci Barbara !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s