Tic tac

colettewp 1Tournent les aiguilles mais rien n‘a changé

Ni la couleur du ciel à mon toit accrochée

Ni le chant du matin à ma fenêtre ombrée

Tout est pareil ou presque

 

Mais je ne vais dormant que d’un œil et encore

Dans mon lit bousculé couchent mille idées

Mille folies cocasses, mille fantasques pensées

Je me lève tanguant d’une rive à un bord

 

La vie m’enlace et je la laisse suivre

De faille à faille ma ligne de dérive

Suspendues les secondes coulent à moitié

Au creux de mes mains, sur mes genoux, couchées…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s