Chiche !

  • chicheEt de chair et de sang

et de vices, mêlée

De défauts et de tics

De manies et de piques

D’une langue salée

maniée jusqu’à la trique

et poète ?

Pourquoi pas ?

Si je ne le suis,

voudras-tu me parler

si ma langue vulgaire

peine à brosser

dans le sens de ton poil

une petite idée ?

Dans ma poche, il y a

entre deux cailloux roses

un fil d’or, un éclat

Dde douce métamorphose

Change-moi en compas

ami d’où que tu viennes

j’arpenterai, bohème

les nervures de tes pas

Un peu fruste, un peu blanche

de fatigue à trois sous

Un peu ivre de gel

Un peu saoule d’envie

Aime-moi, ami tendre

Je pendrai à ton cou

un sourire, trois guirlandes

et mes rêves en dessous

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s