Crue

Étrangement, je n’ai pas suivi la courbe de ton doigt

Ni la trace de ta bouche

Je n’ai pas murmuré ni rien écrit

Le corps a ses silences que l’humeur décime

Je suis absente de tout

Et ce grand vide-là résonne

Joyeusement

Parce que la chair est drue, compacte, odorante

Malmenée, tranchante

Affamée, méchante fille

Et c’est comme ça que je la veux.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s