Babiole

777

Les vitrines ont leurs secrets de dames provinciales ; à l’abri des regards, dans les rues oubliées, derrière des fenêtres sales, maints objets s’abandonnent. J’aime à me perdre pour les regarder. Entre eux et moi s’établit cette connivence secrète de ceux qui savent le silence et l’abandon. Et qui gardent le toupet de tenter de briller malgré tout, fut-ce discrètement.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s