Lui seul

Ce monde n’aime pas la douceur

Il préfère le mordant, la mâchoire, l’étau, la pince

Etriller, éreinter, tremper dans la saumure

Rouler dans le fiel, aigrir les pensées

J’ai cherché ta main de soie, la crème de ta peau

Le moelleux de ton regard

J’ai tendu à ton souffle tout ce que j’étais

Parce que le corps n’est rien tant que rien ne le touche

J’ai tendu aux quatre coins de ma maison des nasses à rêves

Des pièges à espoir, des voiles captatrices

Je suis partie loin de ma terre, loin de ton île

Loin du bruit

Sous mon toit la rumeur est tranquille

Je peux y danser nue selon mes envies

Libre d’imaginer le dessin de tes hanches

La ligne de ton cou lorsque sur moi tu penches

Ton regard bienveillant qui lui seul me lie

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lui seul

  1. Très beau! Magnifique!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s