Chatterie…

J’aurais dû naître chat

Puisque j’aime tant errer

Toute sieste restante

Seule le long des quais

À regarder dormir

L’eau qui se drape, belle

Dans ses longs draps de perle

Bien qu’elle s’en cache tant

Lovée sur quelque pierre

Le cœur au mitan

Et les voiles baissées

Parfois jusqu’au couchant

J’aime me perdre encore

Dans les voix inaudibles

Des marcheurs nonchalants

Alors moi je dérive

Et puis dans les rues hautes

Où le soleil s’égare

Je voyage à rebours

Sur d’autres trajectoires

La ville est un berceau

Où je pose mon âme

La ville est un feu fou

Dont je cueille la flamme

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s