Une feuille, un crayon

La violence est si tenace

Laisse-moi entrer dans ton cœur menacé

Laisse-moi y poser une feuille, un crayon

Lacère de mots, griffe d’invectives

Vide ta plaie, soigneusement

Crie autant que tu le peux

Gifle ta hargne à coups de mots

J’attendrai

Comme un cours d’eau vidé de tout tumulte

J’attendrai sans broncher

Tu as tout le temps

Ta colère est plus pressée que lui…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s