Vivants

Me vient le désir des vivants

Non, je ne goûte pas les nécropoles

Les oraisons ni les regrets

Quand je te lis, poète, tu es vivant

Et tu m’émeus et tu me berces

 

Me vient le désir des vivants

Qu’ai-je besoin de savoir mieux

que l’instant, l‘éphémère, le puissant

le beau jardin de tes aveux

et sa floraison de printemps

 

Me vient le désir des vivants

Aime-moi donc à la seconde

sans attendre une heure plus féconde

ni la moisson de ces instants

soyons juste présents au monde …

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s