Enfant (à mes trois petits-grands)

Moi je te dirai que je ne savais rien

et tu me pardonneras

Enfant, garde-moi l’indulgence

Sans elle je ne serai plus rien

pas même l’ombre de la mère qui t’a porté

Moi je te dirai que je n’ai rien fait

et tu me regarderas

Enfant, que ne suis-je forte pour toi

mais je n’ai que des mains

plus habiles à trisser des mots

qu’à bâtir des cages

ou de doux abris pour ta tête fatiguée

Moi je te dirai que rien n‘est assuré

et tu m’en voudras peut-être

Que n’ai-je su avant

que l’onde des idées

lamine tout sur son passage

Moi je te donnerai ma totale ignorance

et tu me rendras riche

de ce que tu es

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s