Framboisée

Sans titre 3 copie

Au jardin de mon père,

il y avait, cachées,

au creux de hautes herbes,

des framboises sucrées.

J’avais en les cueillant,

sur mes mains complices,

le soleil de juillet .

À la brise claquant,

les grands draps que  ma mère

accrochait en soufflant,

étaient les voiles mortes

de bateaux qui ne partaient jamais.

Mais moi, je voyageais

et ma langue gourmande

s’imprégnait du jus rouge

qui tacherait de sang

ma légère jupe d’enfant…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Framboisée

  1. Jean-François Mathé dit :

    Chère Phédrienne, après Carmen Cru, je réagis à nouveau à la réception de « Framboisée » dont la photo et le poème sont d’une égale délicatesse. Le poème confirme le plaisir que j’avais eu à vous découvrir dans le n°10 de la revue de mon ami Pierre Perrin, « Possibles ». Vous y étiez au chapitre « Découverte ». Quant à moi j’y fus au chapitre « Contemporain » qui ouvrait le n°4 de janvier. J’avais envoyé à Pierre mon appréciation vous concernant. S’il ne vous l’a pas transmise, la voici recopiée : « J’ai surtout été enchanté de découvrir Colette Fournier que je ne connaissais point : très belle et authentique poésie, forte de corps et d’âme. Quelqu’un à suivre ». Je vous suis donc, mais n’étant pas « collant » je ne répondrai pas à chacun de vos envois. Cependant, même silencieux, je serai là. Continuez à cultiver votre liberté de poète inspirée.
    Bien amicalement,
    Jean-François

    Aimé par 1 personne

    • Phédrienne dit :

      Jean-François
      Pierre a eu l’amabilité de me transmettre votre message mais je n’ai pas osé vous en remercier directement, bien qu’il m‘ait procuré un grand plaisir. Alors, je le fais ici, bien sincèrement. Je suis très heureuse d’avoir votre écho à mes écrits, vous savez, je suis une espèce de sauvageonne pas toujours très policée mais qui est très sensible aux résonnances qui peuvent être là. Pardonnez-moi donc de ne pas m’être manifestée plus tôt, ni d’avoir cherché à vous connaître, mais vous m’en offrez ici l’occasion et je vais donc en profiter. Où puis-je trouver moi-même vos écrits ? je serais ravie d’y goûter et là encore, pardonnez mon ignorance ; Pierre m’a « dégotée » je ne sais comment mais je ne suis pas très introduite dans le milieu des lettres, et fort mal éditée par ailleurs et je butine dans mon champ, insouciante mais passionnée néanmoins.
      Et votre présence ici m’est très agréable, vous y êtes le bienvenu.
      Colette

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s