Parler d’or

4933

Parler d’or et murmurer de coton

Tisser de fils de tarlatane

 La palabre et la péroraison

Mais moi, monsieur,

Je n’ai que des mots creux

Des petites choses en papier bleu

Que je chiffonne dans ma bouche

Quand je le peux

Mâcher ses mots à pleines dents

Ar-ti-cu-ler férocement

Chaque syllabe martelée

De bronze dur et bien coulé

Mais moi, monsieur,

Ma bouche est douce

Elle mitonne lèvres serrées

Quelques mots tendres un peu désuets

 Et des bêtises à pierre fendre

Bégayer de terreur s’il en est

Aboyer ses ordres et courir

Psalmodier des prières sûres

Et peut-être jamais pensées ?

Mais moi, monsieur,

J’ai la tête dure

Et la mémoire entêtée

Même mon silence est un murmure,

Hélas, il ne tarit jamais !

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s