Il est tôt (à mon fils)

Il est tôt

Cependant que tu dors

l’air étouffant dehors

se tapisse des cris

de rares oiseaux de nuit

Moi je cueille les fragments

du matin qui s’ébroue

et peine, je le crois, à se tenir debout

Il est tôt

Hier au crépuscule

comme des enfants de lune

toi et moi avons ri

à faire tomber la pluie

Ta main sur mon épaule

redessinait le monde

territoire sans ombre

Le temps étaitsans leurres

Il est tôt

Cheveux sur les épaules

je goûte le silence

à petites bouchées

Ton sourire ouvrira

le bal de la jeunesse

qui secouera ces murs

de sa fougue et sa liesse

Je te regarderai

jusqu’à ce que le soleil couche

sur nos nuques complices

sSon drap rouge et doré

Je te regarderai

rieuse et sans mot dire

et l’écho de tes mots

 enchantera mon cœur

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s