Un lien vaut pire que deux tu l’auras

Au lieu de partager un lien, viens partager mon pain

mon fauteuil, ma table et ce  verre de vin

la sonate qui bat à son rythme serein

contre les murs que le soleil blanchit

Viens partager mon pas le long des routes douces

où la lumière poudroie ses reflets de safran

Viens coucher à mon flanc sur l’herbe des prairies

ta belle ombre tranquille que le soleil grandit

Fais-moi goûter l’encens de ta voix qui réveille

le parfum et le feu et les vers des poètes

l’éclat du grand drap bleu tiré sur nos deux têtes

et la chanson de l’eau à deux pas de nos vœux

 

Plutôt que de ne partager rien

que des ondes fragiles

viens voyager au loin

nous y serons enfin

vivants comme la pluie

qui emporte avec elle

tous les battements d‘ailes

des cœurs qui s’ennuient …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un lien vaut pire que deux tu l’auras

  1. TK.Kim dit :

    J’adore… J’aimerais bien partager un café avec toi un jour! Bisous! 😍😘

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s