Dans le dos

5184 .jpg

 

Souvent c’est ainsi que je passe

moi que n’arrête pas la pluie

ni le vent et ses bourrasques

ni le soleil qui me cuit

Dans votre dos qui me murmure

tant d’histoires contre votre gré

et cet ennui qui vous emmure

même quand le temps vous est donné

Poussière et moi liées d’estime

car nous avons si bien marché

le long des rues où se décline

votre bruyante humanité

Je me tais, c’est mon arme ultime

la flèche que je ne décoche pas

ce silence cueille vos propres rimes

et le ballet de tous vos pas

Et m’apaise juste le beau rythme

asynchrone et vétilleux

de ma fuite le long des rives

et des verts quais ombrageux

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dans le dos

  1. passe le temps, passe la ville

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s