Corps (pochade anti platon )

Corps potelé, corps noué de dentelles

Chair parée

Viande qui murmure

à l’étal des colifichets …

Viens-t-en ma belle dans le miroir doré

admirer le reflet de ta poitrine

de tes jambes, de ton ventre bombé

Corps adoré, oint de parfum, pétri de mains

Chair détestée mordue de temps

mangée de dentelures, usée ?

Viens-t-en ma belle sublimée

dans les  rêves d’un marcheur

oublie les maux, jette les peurs…

Corps amusé, qui se moque de tout

et se rit des jaloux

Chair de plaisir ondoyant au désir

Pourquoi pas ?

Chair gourmande, quémandant le soleil

comme unique vêture

Avec toi je relie le monde au monde

Sans réfléchir

Corps fantasque et  si présent

corps mentant

Viens-t-en ma belle poser tes reins

sur l’herbe des prairies

jusqu’à ce que le ciel

te farde de nuit

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s