Le chat et moi (fantaisie avec moustaches)

Le chat de ma voisine a tout compris

Il a changé de marche pour se mettre à l’abri

pointé le bout de ses moustaches

vers le Sud–Ouest et sa queue en panache

à gauche de ses pattes

Pendant que je remonte le boulevard

sous la pluie qui susurre à peine

et que l’ombre des parapluies

étend ses corolles soudaines

je me demande ce que la vie

va transformer aujourd’hui

Quelle révolution soudaine

fera tomber depuis les toits

une autre pluie plus souveraine

un parfum de folie, ma foi ?

C’est bien ce que me dit le chat

qui se rit de moi tant qu’il peut

dans son manteau de soie et d’ébène

quand je rentre trempée d’ennui.

Regarde loin, pas devant toi,

Demain, je partirai d’ici

pas un toit ne ressemble à un autre

aucun matin n’a le même goût

laisse donc là tes patenôtres

et jette ton bonnet à l’eau

Sois comme un chat

que rien ne contre

et qui ne fait que ce qu’il veut …

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s