Ma terre

Elle pourrait être  simple amas

désert de roches, ou bien île

mais dans ses forêts parfois

moi, j’ai bien cru trouver asile

trouant mes poches de diamants

cueillis dans les ornières  fragiles

foulant l’herbe et dormant

adossée à un tronc solide

 

Ma terre

tissée des rêves de mon enfance

en partance sous les draps

où la lumière de ma torche

allumait les feux de Bengale

Où êtes-vous, où êtes vous,

ancêtres oubliés, jaloux

de vos sols embrumés d’amer ?

 

Ma terre

est faite de parfums

qui m’ont nourri de leurs chimères

bras farinés doux de ma mère

lissant la pâte et le levain

et du ruisseau de mes colères

devant les matins oublieux

des chagrins, de la solitude claire

 

Ma terre

est faite de l’écoute

du chant des murs et des rues

du pavé et des cours ouvertes

sur tant de destins inconnus

Elle pourrait être à ras de steppe

blancheur cinglante d’un désert

ombre rouge et pierres vertes

 

Mais là  où j’ancre mes pieds et ma tête

où le hasard m’a jetée

C’est bien là que ma terre naît

et son verbe qui me berce

C’est bien là que ma terre naît

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s