Vent de saison

Mon clan est si petit

Un carré de terre, n’importe où

Un arceau de ciel

Me taire aujourd’hui

Ne rien croire et me reculer du vivant

A force de reculer, j’ai oublié tous les noms

Tous les corps, même tes lignes

Aujourd’hui je suis loin

À des années lumière de tout

Quelqu’un parle avec ma voix, sourit en mon nom

Mais en réalité il y a longtemps déjà que je suis partie

Mon clan est si petit

En fait il n’y a que moi

Et l’instrument étrange que je porte sur mes épaules

J’avais ouvert ma maison

Mais aujourd’hui elle s’envole

Brins de paille, vent de saison

Il ne reste que moi et un bout d’étoile

Collé sur mon front

Et je laisse partir ta voile

Sur ce long fil oublieux

Ma mer au loin étend sa trame

Tu sais, je ne suis pas tes yeux

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vent de saison

  1. rechab dit :

    superbe et musical…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s