Fermé pour cause de réparation

S’il n‘est mû par l’enthousiasme, l’engagement, la foi, la folie, l’envie, la sincérité, le verbe n’est pas grand-chose. Aussi me suis-je rendu compte que mon cœur battait peu, qu’il s‘est essoufflé au vent d’automne, qu’il ne vibrionne qu’avec ratés. Que chaque matin qui pousse devant lui sa cargaison poussive de vers, d’images, de thèmes, fait se précipiter mon doigt sur le bouton d’arrêt. Qu’à peine au premier mot lu, je fuis.

Tout cela, bien connu, me ramène à la sincérité, battant tambour droit devant : bam rabadabam, bam ! A la nécessité de ne pas plaire, d’être absente et de rallier la mer, le grand large, l’étude, le rien, le tu.

Quelques jours, au moins…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Fermé pour cause de réparation

  1. Jean-François Mathé dit :

    Alors, au revoir, Phédrienne.
    Sur le vélo de Carmen Cru
    Pédalez fort pour que revienne,
    Comme un muscle à la force accrue,
    Le désir à nouveau d’écrire
    qui vous rendra à vous, à nous.
    Nous vous attendons pour vous lire
    debout, assis… voire à genoux !

    Aimé par 1 personne

    • Phédrienne dit :

      Merci pour ce joli cadeau, Jean-François
      Cela peut paraître anecdotique, mais hier, en écoutant un poème chanté conseillé par un ami, j’ai été secouée jusqu’aux tréfonds, vous savez ce petit séisme intérieur qui vous fait palpiter les sens autant que l’âme, autant que le corps ! Et je me suis aperçue que depuis longtemps déjà, cette vibration intérieure manquait, cette forme de sincérité crue sans laquelle pour moi la poésie, mais aussi l’écriture en général n’a guère d’intérêt, devient une forme d’ornement qui ne répond pas à ce que je veux ; Que répondre à cela si ce n’est de se reculer un peu 🙂

      J'aime

  2. Rien de tel qu’une bonne suspension pour amortir les chocs ! Alors puissiez-vous vous retrouver au détour d’un couloir incertain. De toutes douces journées à vous.

    Aimé par 1 personne

  3. Phédrienne dit :

    Il suffisait de tout fermer, de s’éloigner de la cacophonie du monde, et de trouver un lieu perdu, écho de mon propre besoin, et là, mon coeur s’est remis à battre 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s