Saint-Just

Au détour d’une rue que je ne nommerai pas
pour des raisons que Brassens aurait comprises
j’ai croisé au bout de mon sourire une dame à cheveux blancs
Panier posé près d’une borne et sa voix ressuscitant le passé
tire-laines et coupe-jarrets jaillis tout droit du Moyen-âge
ont soufflé leurs calembredaines à mon oreille intriguée…

Du silence et des routes pavées sous les lanternes du passé
Bien fol qui aura compris comment dans cette ville sage
s’interpénètrent tant d’âges et les outrages du bruit
de l’usure, de contemporaines ordures que le caniveau réfute
A peine à pieds mesurés, tremblant de fendre les ombres
ma propre silhouette oubliée au lent cortège s’est mêlée…

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s