Depuis le temps

Depuis le temps

Depuis le temps qu’elle choit, la littérature,

depuis le temps qu’on nous le dit

qu’elle tombe dans tous les puits

Jusqu’à se faire un parachute

de toutes  les infamies

qu’elle se dévergonde

roulant comme une catin

ses hanches malmenées

dans les rues du tout venant

Depuis le temps

que les poètes se maudissent entre eux

se passent autour du cou

la corde pour tout pendre

Depuis le temps qu’ils se répandent

ma bibliothèque grandit

à petits tomes, à petites reliures

Depuis le temps que je partage

avec des inconnus assis sur des bancs

des trottoirs, des quais, du sable et des pierres

l’incroyable posture, la royale imposture

du nez plongé entre des pages

alors que l’âme est en voyage

Depuis le temps que j’écris

dans mon coin mes petites sornettes

juste parce que j’en ai envie

Depuis le temps

que la littérature reste mon amie

accueillie à ma pauvre table

dans ses oripeaux à la diable

et que l’on s’aime et qu’on en rie …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s