Du courage

 

Il en faudrait pour porter parfois

la maison de son cœur enfouie  à l ‘intérieur

et devenue trop grande ou trop vide

Porter l’écho des pas absents dans l’escalier

Porter le refus

Se porter soi, s’empoigner par la peau du cou

Se jeter dans le ressac, à découvert

Le prendre à deux mains est une piètre manière

de le garder juché sur ses épaules

Il faut le respirer, d’un seul coup, bien vite

fermer sa bouche et se mettre en chemin

Qui dira assez le courage de se taire

dans un monde où tout bavarde ?

Ce matin il a glissé sa main chaude dans mon cou

a soufflé dans mon oreille jusqu’à ce que je l’entende

Il est malin !

Mais je sais faire la sourde et venir à mon heure

Le courage d’être soi se cultive sans heurt

Juste à l’écoute, juste  en goûtant les heures

inscrites entre l’ombre et le jour

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Du courage

  1. patrick L. dit :

    Très joli poème.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s