Eux (à mes grands petits)

Parfois leurs voix me manquent

et quand je change un peu

la couleur de mon âme

vers des tons plus bleus

me reviennent en écho

leurs colères, leurs sourires

Mais

Qui m’apprendra à aimer

encore de cette unique façon

Voir la vie s’éclore et croître

sans connaître son horizon ?

 

D’autres enfants de papiers

ont poussé leurs pages

dans ma maison de carton

Comme un escargot volage

j’ai glissé de prairie en saison

en m’enlisant les soirs d’orages

Mais

Qui m’apprendra à aimer

encore de cette unique façon

Se déshabiller de rigueur

Être douce à leur unisson

 

Parfois quand j’ignore qui je suis

ce qui au diable ne plaise

est une bien vaine question

c’est à leurs rires que je me baigne

à leur esprit clair et joyeux

à leurs incartades soudaines

 

 

Mais

Qui m’apprendra à aimer

encore de cette unique façon

leur liberté plutôt que la mienne

leurs ailes libres à l’horizon

 

Qui m’apprendra ?

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Eux (à mes grands petits)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s