L’avaloir

nuit-reduit

Tirer le rideau qui enfermera dans ses plis un soupçon de givre et de mouillure. Faire entrer la nuit à pas feutrés, la laisser pénétrer par mon nombril puis remonter jusqu’à ma tête ; ça y est, il fait noir. Le réel se dilue dans  les phosphènes, le bruit s’assourdit. J’écoute mon ventre qui pour une fois impose sa parole dans ce désert récent : c’est fou ce que ça bavarde là-dedans. Il n’ y a rien à comprendre, cela marche, cela est, mû par un accablant mécanisme qui m’échappe et dont je me ris : la paix du corps est ce rivage où je pose mon bateau, là, juste à cet instant.

La poignée de mots du jour s’effrite : au menu figurait ce beau terme, epoche, auquel je me suis arrimée. Evidemment, il m’a lâchée dans le vide confortable de mon oisiveté du moment. Je suis bien : je ne comprends rien, je ne saisis rien de ce qu’il y aurait à prendre. Tout navigue dans un fluide doux qui m’encoquille de torpeur.

Ce soir, je ferme donc la vanne à sens d’un geste ferme et définitif : le creux, le néant me vont bien mieux que la réflexion. La dernière qui s‘est échappée tant bien que mal de ma tête a rebondi mollement sur le manteau de ma cheminée avant d’être happée par l’avaloir qui guette toujours ses proies. La nuit, je vous dis. Enfin.

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s