Quelque part (mais aussi ailleurs)

Entre un toit prolétaire et une ville de brouillard

J’ai posé mon sac et  ma quête

Juste le temps d’une histoire

Il paraît que les toits murmurent

La nuit quand nous sommes couchés

Le récit de nos aventures

Et le chagrin de nos veillées

Ici où les murs se  fendent

Sous la fatigue des journées

Que des mains dures d’ouvriers

Ont étrillées à cœur pendre

J’ai juste une plume accrochée

Et quelques voiles  de fortune

A mon radeau bien amarrées

Entre les racines des arbres

Et la queue d’or des fusées

Je trace sans ligne ni ombrage

Une arabesque de fumée

Et ma danse entre les étages

Pourra bien un jour décrocher

Du ciel une lune vague

Et j’en serais bien inspirée

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quelque part (mais aussi ailleurs)

  1. Quelles joies, quelles délicatesses de vous lire, c’est un régal pour l’âme et pour l’esprit ! merci.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s