Sur le fil

Sur le fil du rasoir un ange s’est assis

Un nuage de silence à la main

Et j’attends qu’il chute ou s’envole enfin

Pour garder le nuage comme mon bien

Les instants suspendus comme des perles rares

Font un collier fragile et cassant

Je les goûte pourtant comme bonbons fondants

Sur le creux  de ma langue, savamment

Mais l’ange pas si sot  s’est caché dans mon dos

Et ses ailes en battant ont enrayé le temps

Et depuis à midi ou minuit scintillant

Lui et moi nous oublions souvent

D’ouvrir la fenêtre au matin vrombissant

Ou d’enclore la nuit dans nos bras enivrants

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s