Connexion

Depuis que le temps se connecte

à tout instant  à tout bras venant

chaque pas, chaque battement, chaque impulsion de cil

chaque glougloutement de nos viscères, peut-être, demain

chantant notre grand ramdam intérieur

pour l’édification du vivant

je me branche au  flux extérieur

au tout non-électrique gainé d’aléas

au débit verbal ou au tout silencieux

Je me branche à votre cœur

La valse de nos valves et ventricules

fait danser nos oreillettes

Ça tambourine parfois à tant de pulsations

que le compte s’en perd dans les oubliettes

(a droite, en descendant, 2ème escalier, vingtième sous-sol)

Et pendant ce temps-là, le seul coronaire

que je pose sur vos têtes a la forme d‘une fleur …

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s