Beaux (chanson douce et puis c’est tout)

Nous étions beaux comme des envies

comme des routes poudrées de nuit

quand le soir y couche son lit

J’avais pour toi le port des reines

lorsqu’elles abandonnent leur traîne

aux mains du vent vorace et doux

Jamais je ne m’étais doutée

qu’un regard d’homme aux aguets

entrouvrirait la porte enclose

de mon entêtement muet.

Nous étions beaux parce que la vie

nous tordait dans ses bras de flamme

dansant tout autour de nous

la plus sensuelle des pavanes.

Nous étions beaux et puis c’est tout

Laisse-moi y croire un instant

Et puis reprendre pour eux le loup

dont je cache mon regard fou

pour que rien jamais ne s’embrase …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Beaux (chanson douce et puis c’est tout)

  1. Trés belles images, ma belle poète!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s