Vieil ancêtre disparu

Si tu avais saisi une pierre, vieil ancêtre disparu

Qu’aurais-tu griffé sur les parois de ta mémoire ?

La traque, la chasse, les nuits épouvantées

Le mystère  de la lune sur un quai de brouillard

L’œil giflé d’envie d’un autre éploré

La faim au ventre, la peur au cœur, le désir

enchâssé dans tes reins ?

la crainte du mystère ou le baume éclatant

du matin enfin levé sur tes peines ?

Parfois je te retrouve en moi

lové dans mes viscères

dans mon refus de ce que je ne connais pas

Parfois je retrouve ta joie

à fouir l’antre, la tanière

à creuser le ventre de la terre

pour y coucher tes rêves doux

ou caresser d’une main brève

le tronc, le caillou et la sève

plus solides que moi, que nous

Si tu avais saisi la main d’un autre toi

posé ta bouche sur sa nuque

et murmurer des mots très bas

pour l’apaiser tout contre toi

resterait-il une trace de ta foi ?

Parfois me reviennent à la gorge

des millénaires d’amours éteints

qui ont tissé le berceau blanc

où je ressource mes tourments

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vieil ancêtre disparu

  1. mariejo64 dit :

    Lascaux 4 serait-il passé par-là ? 😉 Sublime ! Ah je ne regrette pas d’avoir fait des recherches après avoir été délicieusement émue par le petit gâteau chocolat pralines !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s