Ne rentre pas

Depuis le temps que j’ai jeté

ma montre dans le sable

Depuis le temps que mes horloges

prennent le fuseau du futur

que je déleste mes mains

du poids des gestes oubliés

Viens croiser mon chemin aléatoire

ma belle trajectoire sillonnant au hasard

les chemins des nuages

Il fait doux au-dessus des toits

Jouons un peu avec le jour

qui câline le faîte des tours

et refuse de lever ses voiles

Jouons un peu tant que la vie

s’enroule autour de nos cœurs

comme si elle restait à demeure

Restons cachés dans l’interstice

entre maintenant et tout à l’heure

tu verras que c’est pur délice

Ne rentre pas, ne rentre pas …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Ne rentre pas

  1. Mari dit :

    Magnifique! Continuez SVP!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s