A contretemps

J’ai sur mes étagères quelques gros livres

de mille pages étageant de longues phrases,

des corridors de mots, des entrelacements de voyelles

des césures magnifiques et des lieux secrets

Parfois je me dis que leurs belles reliures

auront bien à l‘usure mes yeux fatigués

qu’à l’ombre de leurs virgules

mon esprit embrumé posera sa paresse

déclarera forfait

Mais ces châteaux altiers

et leurs salons baroques

éclairés de nuances

et de statues dorées

me ramènent parfois

à l’ancre de l’enfance

qui n’a peur de rien

et prend le temps de tout

J’ai sur mes étagères quelques gros livres

aux épaules solides

contre les vents mauvais

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s