Rêve blanc

Sous le moelleux de l’édredon

dans la tiédeur de la plume

le nez plongé dans l’écume de soie

le cherche ta chaleur en moi

La peau, sais-tu, est un doux continent

qui porte en lui la fougue de tes veines

l’ai-je rêvé, nous dormions dans la plaine

blanchie de nos songes d’amants

 

Sous le manteau de nuit

où sonne à petits bruits

le carillon des solitaires

je cherche à retenir

le sourire de la lune

et sur la table l’ombre fière

du grand bateau où mon corps gît

noyé d’un sommeil prospère.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s