Chant

Alors, j’ai fermé les yeux

Seul le frottement des âmes

les tissus doux, les plis soyeux

les chuchotements des pas sur les lames

pu parquet qui trébuche un peu

tant il a usé sa trame

ont composé ce chant joyeux

Si j’osais sortir ainsi

les yeux clos, la bouche muette

et marcher en butant aussi

sur les pavés des rues, seulette,

puis deviner juste à l’ouïe

ce qui se passe, ce qui se tait

quel autre monde deviendrait

pour un instant ce dimanche

et quel autre moi

se révélerait

dans cette nouvelle danse ?

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chant

  1. Jean-François Mathé dit :

    Un petit écho à ce beau chant, Phédrienne :

    « … on voudrait parfois se lever, avancer
    comme un aveugle
    qu’éblouit sa cécité
    et qu’émerveille
    l’invisible du monde. »

    Jean-François

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s