Mon sol

Si ma terre avait eu le goût de sable

trempé de sel, tanné de vent

Si en sortant de ma maison

mes pas portant tout l’horizon

avaient deviné l’Amérique

qu’aurais-je été ?

 

Si mon toit avait été de lune

coisant ses rayons sous des palmes

Si le murmure des grands arbres

Avait bercé mes premières craintes

frotté de vert mes yeux d’enfant

qu’aurais-je été ?

 

Et pourquoi aurais-je cherché

sous les trames même usées

la trace des grands voyageurs

l’odeur du thé et des épices

Ssr les pentes frangées d’argent

de mon imaginaire en délices ?

 

Si ma mère n’avait lové

dans ses mains  sûres et sans caprices

le parfum d’un sol français

dont seule la langue a marqué

dans mon esprit toutes ses prémices

qu’aurais-je été ?

 

Et si le monde doit se rêver

sans plus d’histoire sauf lavée

dans un creuset ignorant tout

de nos différentes suppliques

qui dira ta beauté, mon frère

que je ne saurais plus entendre ?

 

 

Que diras ta beauté, mon frère

qui ne pourra plus me surprendre ?

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s