Je suis têtue (Les poètes, ce n’est pas sérieux)

Je suis têtue

C’est là mon moindre vice sans remord

J’ai l‘esprit obtus, vissé comme une lame

A son étroit fourreau

Mes visières d’ânesse aux oreilles perfides

Qui n entendent pas tous braiments

Cachent des yeux méchants

Qui parfois ne voient rien

Que ce que j’ai décidé encore

Je suis têtue

Un cas dont désespèrent

Maintes âmes bien plus clémentes

Que chaque nouveau chant berce

Alors que mon ego retors

Se refuse à chanter la grand-messe

Je suis têtue

Une Cadichonne de ville et de  campagne

Et même quand je dors

Je crois que je le suis encore !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s