Mon flûtiste

 

Parfois me reviennent en émoire

ta silhouette frêle

marchant dans le soleil de juin

les partitions souples

de tes devoirs sonores

chiffonnées sous ta main

l’étui de ta grande flûte

ballant à chaque pas

et moi derrière toi

regardant amusée ta nuque

fine et blonde

et ton cou de lutin

J’aimais à écouter

assise près de la porte

tes laborieux essais

la magie de tes notes

quand tout à coup le fil

d’harmonie se liait

et coulait fluide et souple

dans le bâtiment sage

Cela fait longtemps

que je ne t’entends plus

la distance mettant

entre nous ses obstacles

mais ton ombre m’habite

de son pas silencieux

et je rêve tes doigts

jouant des clefs multiples

quand ta bouche insuffle

des grands airs d’autrefois

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s