Tas de sornettes (l’apprentie poète est-elle incorrigible ?)

 

Je les enfile d’un doigt habile

en brochettes à déguster

Faribolettes, calembredaines

carabistouilles  à emporter

bourdes et autres âneries

à déguster à peine sorties

de mon esprit azimuté

Ô que me plaisent les fadaises

les balivernes au beurre salé

les bêtises juste à croquer

quand mon sérieux se laisse aller !

Et si je casse quelques vases

quelques amphores chantournées

emplies d’un si précieux breuvage

un beau langage  emperlé

souffrez que je rie de moi-même

et de ma sottise empressée !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s