Chuchotis

Ce qui se chuchote me va bien

Syllabes soufflées à peine

A fleur de gorge, étreintes

Ce qui se murmure à bruit sucré

Dans l’ombre d’une oreille

Timbre voilé

Basses sonorités, arpèges feutrés

Ce qui se murmure me va bien

Mouillant à peine de sonore rosée

Mon esprit qui vogue sans penser

Ce qui sinue à douces rimes

Sans heurter

Mon corps qui tend à la douceur

Juste assez

Pour que j’entende à l’instant

Ta propre musicalité

Alors que tes cris me dévêtent

De ta nudité

Que tes entêtements empêchent

Notre sororité

Ce qui se dit à peine

Ce qui reste secret.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s