Trop

Trop sage, je suis trop sage, sucrée, édulcorée, à peine taguée de saveur épicée. Trop de colères calmées dans mon sein, enfermées, de la passion cousue dans un jus d’herbes tendres, trop !

S’il me fallait descendre dans l’arène des fauves, avec mes griffes rabotées, ils ne feraient qu’une bouchée de ma chair potelée.

Trop douce, doucereuse, mousse de femme, femme crémeuse, du caractère amidonné dans de trop blanches sonorités,  je ne  sais pas crier, pas crier !

Trop suave, peut-être fade, une sapidité de violette hâve, un murmure couvert par le grondement des eaux,  tiens, voilà mon cœur, il n’est pas gros, un petit pois, un petit point de trop !

Trop souple, un corps en lianes, fibres malléables, lierre tortueux ensevelissant de molle tiédeur la sévère rigueur de la vie.

Trop pressée de voir demain pointer son museau mouillé de  neuves espérances, trempé d’une belle encre propre à essuyer mes bêtises.

Trop habitée de riens dissolvant leur venin qui te dit de bouger sans fin, bouche soumise  au bavardage, écholalie des inepties, tais-toi un peu, tais-toi !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Trop

  1. Philippe A dit :

    Je n’en dirais pas plus, trop bien !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s