Les irréblogtibles

Qui veut être lu, s’il n’est pas célèbre, devra publier directement sur un réseau social : là où son blog récoltera une maigre moisson de lecteurs (voire aucun), le réseau, si son profil est relayé par une tête de file (j’ai toujours adoré cette expression), le conduira à se morfondre ou à rester dans un entre-soi (un entresol de la célébrité ?). Je le sais bien,  mais j’aime bien les gens tenaces, et tenez, j’en suis. De ceux qui ne craignent ni la solitude ni le ridicule et, sur leur âne virtuel, ne pourfendent pas moins les moulins. Comme je ne goûte guère le principe du déversoir, parce qu’il ne permet pas de distinguer le bon grain du caillou, je préfère prendre mon temps plutôt que de lire en continu, au risque de rater pas mal de choses. Et je ne crois pas qu’il soit si grave que d’autres ne me lisent pas. Autrement dit, je veux bien être le grain ou le caillou ignoré, tout en accueillant volontiers le visiteur qui s’attarde sur ma plage privée.

Donc, de temps en temps, je publie sur mon site de petites choses qui parfois, trouvent un œil attentif  quelque part sur la toile, parfois prennent la poussière paisiblement. C’est moins encombrant qu’une statue de dix mètres et cela peut disparaître en un clic, ce qui est pour moi très réconfortant. A l’inverse des  amateurs de marbre, j’aime bien la volatilité de ces publications virtuelles. J’aime bien aussi aller jeter un œil sur certains petits espaces que j’ai découverts au fil du temps et qui sont comme des cabanes nichées au creux d’un arbre : on peut passer dessous sans rien voir, mais quand on grimpe, quelle vue ! Qui plus est, on y sent bien moins la pesante uniformité de pensée qui sévit sur les réseaux et qui me ligote d’ennui assez souvent.

Alors je continue à étager mes fantaisies au fil des pages, le cœur léger. Cadet Rousselle de la toile, j’y bâtis ma maison de fortune, toute de fumée qui se dissipera sans efforts. Et cela me va bien.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les irréblogtibles

  1. francis dit :

    Prndre de la hauteur voilà l’essentiel

    Aimé par 1 personne

  2. Intelligent et délicieusement dit 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s