Pêcheurs de mots

Pêcheurs de mots

les pieds d’aplomb sur les rives sommaires

les yeux happés par la ligne d’horizon

que coule l’eau de votre verbe

moi je n’entends que l’écho

loin derrière les montagnes du Nord

des pierres roulant sur les flancs apaisés

de grandes montagnes, et le chant des forêts

appelant les déserts de sable

Pêcheurs de mots dont je suis l’ombre sage

qui ferme l’ourlet de sa bouche en solo

tant me reviennent autour des mains les vagues

des caresses des miens, plus sonores  que les mots

je suis vos traces douces dans l’étrave

du dimanche qui s’éveille un peu trop

pendant que je ferme mes yeux  au chagrin

qui lentement les lave …

Advertisements

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s