Petite note

Un peu sourd, filtré dans mes rideaux

à demi-gris, à demi-doux

timide, ficelé mais courtois

il s’avance pas à pas

A peine un peu de pluie dosée

dans une pomme fatiguée

arrose mollement le jour

qui s’étonne de si peu d’atours

A peine ma fièvre éveillée

par une note bien timbrée

ami qui frappe à mon silence

et dont la voix colore mes joues

regarde sur ma table , dorée

la lumière qui reste allumée

La main qui court  sur le clavier

soulève encore des arcs flous

rien n‘est tissé, rien n‘est noué

En toi, j’aime l’espoir fou

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s