Cela prend corps

Cela prend corps, dit-on, mais c’est le corps qui prend

l’importance qu’on lui donne,

ou s’ignore comme une maison dont les pierres

à force de résister au gel

ont fini par ne plus rien dire

Cela prend corps et un escadron de soldats se lève

marche au pas, salue le drapeau

pendant que le mien, ivre de sa propre chair,

ne rend les armes que lorsqu’il le juge bon

Cela prend corps et sur les étagères du buffet

s’encastrent des piles de vaisselle et d’inutiles objets

et chaque membre de mon grand corps sans porte ni fenêtre

étoilé de jouissance s’étire au matin bleu

ou n’en fait qu’à son absence de tête

Cela prend corps et moi j’ai faim me dit le mien

qui sait si bien par ses artifices

me rappeler la loi de l’attraction terrestre

et me clouer le bec mais sans dur pilori

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s